Aller au contenu Aller au menu de navigation

De l’acide folique, depuis le désir d’enfant à la grossesse, et pour améliorer la qualité du sperme

Dès qu’une femme éprouve un désir d’enfant et essaie de tomber enceinte, elle devrait commencer à prendre de l'acide folique. Idéalement, le traitement prophylactique à base d’acide folique commence trois mois avant le début de la grossesse et se poursuit pendant toute la durée de la grossesse et de l'allaitement. Mais ne vous inquiétez pas si vous avez manqué la date : vous pouvez commencer à le prendre à tout moment. Découvrez ici pourquoi l'acide folique est important pour le bébé à naître.

Par ailleurs, chez les hommes, l'acide folique peut entraîner une amélioration de la qualité du sperme.

Acide folique : du premier désir d’enfant jusqu’à la fin de l'allaitement

Durant la grossesse, les besoin en acide folique augmentent d'environ 50 %. Ceux-ci peuvent difficilement être couverts par la seule prise alimentaire. Pour beaucoup de femmes qui veulent avoir des enfants, le niveau d'acide folique est inférieur au niveau recommandé par le corps médical. L'apport adéquat en acide folique augmente les chances de conception et a un effet positif sur le développement de l'embryon.

Un apport insuffisant en folate pendant la grossesse augmente le risque d'anomalies du tube neural, de cardiopathies congénitales, d'avortements prématurés et d'avortements en général, ainsi que de décollements prématurés du placenta. La prise d'acide folique avant et pendant la grossesse a un effet positif sur la réduction de ces risques.

De même, prendre de l'acide folique après la grossesse est bénéfique au développement sain du bébé. Le lait maternel est une source importante de micronutriments pendant l’allaitement. L'apport supplémentaire en acide folique est possible via des compléments alimentaires, (par exemple, des préparations spécial grossesse comme Femibion)

Réduction des risques grâce à l'acide folique

À la cinquième semaine de grossesse, l'embryon est gros comme une graine de sésame, son cœur bat pour la première fois. À l'arrière du petit corps, le système nerveux central se développe : la plaque neurale se mue en un tube neural et protège la partie sensible du corps à partir de laquelle la moelle épinière et le cerveau se formeront quelques jours plus tard. Ces jours sont cruciaux pour le développement sain du bébé.

En Suisse, le tube neural ne se soude pas correctement chez moins d'un bébé sur mille. « Anomalie du tube neural » est le nom scientifique. Les plus communs sont les deux défauts suivants : l'anencéphalie et le spina bifida. Les nouveau-nés atteints d'anencéphalie naissent avec une calotte ouverte. Dans le spina bifida - on parle de dos ouvert - la moelle épinière est exposée sans protection. Les chances de survie avec un dos ouvert sont grandes, cependant, une paralysie des jambes peut survenir. Chaque année, environ 50 à 60 enfants atteints de spina bifida naissent en Suisse.

La cause de ces anomalies du tube neural n’est que partiellement expliquée scientifiquement. Ce qu’on sait, c’est qu’une carence en acide folique avant et pendant la grossesse augmente considérablement le risque. Les compléments alimentaires peuvent compenser cette carence et prévenir les risques en conséquence.

Quelle quantité d'acide folique faut-il prendre pendant la grossesse ?

La quantité recommandée en début de grossesse jusqu'à la 13e semaine, est de 800 microgrammes supplémentaires d'acide folique. Après la 13e semaine et pendant l'allaitement, un complément de 400 microgrammes est suffisant.


Amélioration de la qualité du sperme grâce à l'acide folique. C'est aussi une affaire d'hommes !

Saviez-vous que l'acide folique peut également aider les hommes ? La prise d'une préparation à base d’acide folique peut être bénéfique, conjuguée avec quelques autres mesures pour améliorer la qualité du sperme.

Diminution du nombre de spermatozoïdes dans les pays occidentaux

Depuis 1973, chez les hommes des pays occidentaux, le nombre de spermatozoïdes a diminué de plus de moitié. La Suisse ne fait pas exception. Dans ce pays, un homme sur six a une capacité de reproduction réduite. Cela signifie qu'il n'atteint pas la limite fixée par l'OMS de 15 millions de spermatozoïdes par millilitre de liquide séminal.

Les causes de cette diminution spectaculaire du nombre de spermatozoïdes n’ont pas encore été suffisamment étudiées. Les suspicions se portent entre autres sur les toxines environnementales absorbées par la peau ou les aliments. De même, le surpoids, le stress, les analgésiques, les couches trop chaudes chez les nourrissons ou le téléphone dans votre poche comptent parmi les causes possibles. Un facteur a toutefois déjà été étudié : fumer a un effet négatif sur le sperme.

Plus de sperme et de meilleure qualité grâce à l'acide folique

L'acide folique, souvent considéré comme « la vitamine de la grossesse », semble également être extrêmement précieux pour le sperme. Des recherches scientifiques menées à l'Université de Californie à Berkeley ont montré que la prise d'acide folique augmente le nombre de spermatozoïdes tout en améliorant leur qualité.

L'acide folique n'est en aucun cas une affaire de femmes. Il vaut donc la peine pour les deux partenaires de suivre un traitement prophylactique à base d’acide folique, surtout s'ils souhaitent avoir des enfants.

De même, un apport suffisant de zinc peut avoir un effet positif sur le sperme. Il existe des compléments spéciaux à base de zinc conçus pour répondre aux besoins des hommes qui veulent avoir des enfants.

*Cet article a été rédigé en coopération avec Iromedica.


Découvrez d’autres thématiques de santé qui pourraient vous intéresser :