Aller au contenu Aller au menu de navigation

Quand rhume des foins rime avec éternuements, nez qui coule et yeux rougis

Le rhume des foins présente de nombreuses facettes et porte plusieurs noms : allergie aux pollens, rhinite allergique, rhume allergique, pollinose ou encore fièvre des foins. Derrière toutes ces dénominations se cache une réaction excessive du corps à différents types de pollens. Ces derniers déclenchent une libération d'histamine dans le corps et provoquent fréquemment une inflammation de la muqueuse nasale et de la conjonctive. Souffrez-vous vous aussi du rhume des foins ? Dans cet article, nous allons vous dévoiler ce que vous pouvez faire contre ce compagnon incommodant ou comment bien vivre avec lui.

Les symptômes du rhume des foins

Quiconque souffre du rhume des foins en connaît certainement les symptômes sur le bout des doigts. Il suffit que votre nez commence à vous chatouiller légèrement pour que vous sachiez que la saison du rhume des foins a à nouveau commencé. À cela s’ajoutent ensuite :

  • Démangeaisons au niveau des muqueuses
  • Nez bouché, irrité ou qui coule
  • Éternuements, quintes de toux
  • Yeux rougis, qui brûlent et larmoyants
  • Conjonctivite
  • Fatigue et épuisement
  • Maux de gorge diffus
  • Réactions allergiques cutanées
  • Difficultés respiratoires

Les symptômes du rhume des foins peuvent être multiples et le moment où ils se manifestent peut également varier car les plantes allergènes n’ont pas toutes la même période de floraison. La majorité des personnes allergiques savent parfaitement à quelle période de l’année leur nez va commencer à couler.

Environ un tiers des adultes souffrent d'une allergie. Le rhume des foins est l'allergie la plus courante et le pourcentage de personnes en souffrant progresse avec l'augmentation du niveau de vie.

Traiter les symptômes du rhume des foins de façon naturelle

Afin de limiter au maximum la souffrance pendant la saison du rhume des foins, nous avons sélectionné pour vous un certain nombre de produits et de remèdes permettant de soulager le rhume des foins.


À quoi est dû le rhume des foins ?

Le rhume des foins a, au demeurant, été appelé ainsi car il se manifestait plus fortement pendant la période de la fenaison. Le foin n’est certes pas à l’origine du rhume mais c’est précisément à cette période que les graminées, auxquelles réagissent de nombreuses personnes, sont en fleurs.

Le rhume des foins survient lorsque le corps réagit de manière excessive aux pollens (grains produits par les étamines) de certaines plantes. Le corps les perçoit comme des dangers potentiels et active ses défenses immunitaires. Celui-ci commence à produire de l’histamine, déclenchant alors les symptômes typiques du rhume des foins. Il existe différentes formes de rhume des foins et celles-ci sont nommées en fonction de la période à laquelle il se manifeste le plus fréquemment. On parle ainsi de :

  • Rhume des foins persistant toute l’année
  • Rhume des foins de printemps
  • Rhume des foins d’été
  • Rhume des foins d’automne

La saison du rhume des foins commence généralement en février, lorsque les noisetiers et les aulnes commencent à fleurir. En été (de mai à juillet et de la mi-août à septembre), ce sont ensuite les pollens des graminées et des céréales qui provoquent des troubles allergiques. Au début de l'automne, ce sont les pollens de certaines plantes herbacées qui peuvent venir vous irriter le nez. Quant au rhume des foins qui persiste tout au long de l’année, il est vraisemblable que d’autres allergies (comme par exemple une allergie aux acariens des poussières) viennent s’ajouter à l’allergie aux pollens. Il n’est pas rare que des allergies croisées apparaissent, de sorte que la période d’allergie dure même plus longtemps que la période de dispersion des pollens ou que d’autres allergènes soient également à l’origine de troubles.

Une allergie croisée survient lorsque certains allergènes présentent une structure très similaire. De telles allergies se manifestent le plus souvent chez les personnes allergiques au pollen de bouleau. Ces dernières développent également fréquemment une réaction allergique aux noix, aux pommes, aux fraises et aux fruits à noyaux crus.

Durant quelles saisons les allergènes les plus fréquents se manifestent-ils ?

Allergènes Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre
Noisetier x x x x
Aulne x x x x
Bouleau x x x
Seigle x x
Graminées x x x
Maïs x x
Armoise x x x
Ambroisie/ herbe à poux x x

Attention, l’intensité des différents pollens varie en fonction des moments de la journée. Alors que le pollen de l’armoise est surtout fort le matin, les pollens des graminées irritent davantage le soir et la nuit. Quant au pollen du bouleau, ce n’est que pendant les toutes premières heures de la matinée qu’il est le moins actif. Après la pluie, il est cependant généralement admis que la concentration en pollen dans l'air est sensiblement plus faible.

Connaissez-vous vraiment toutes les astuces pour éviter d’entrer en contact avec les pollens ?

Le moyen le plus simple et le plus rapide de prévenir le rhume des foins est de limiter notre exposition aux pollens (éviction des pollens.

Pour vous soulager rapidement en cas d'allergie, il convient avant tout d’essayer d’éviter tout contact avec les pollens concernés. Cela est certes plus facile à dire qu'à faire mais il existe malgré tout un certain nombre d’astuces pour tenir en échec vos symptômes.

  • Surveiller les prévisions de pollinisation : pour savoir quels pollens sont actuellement présents, il est préférable de garder un œil sur le calendrier pollinique. Ce dernier vous permettra de vérifier quelles fleurs sont précisément en pleine floraison (sur ce site)par exemple).
  • Ne pas rester dehors trop longtemps : pendant la saison pollinique, évitez les séjours prolongés en extérieur ou sortez de préférence le matin et les jours de pluie.
  • Prendre une douche après la promenade : si vous êtes allé(e) vous promener, il est conseillé de prendre une douche afin éliminer les pollens qui se sont accumulés sur votre corps et dans vos cheveux.
  • Aérer son intérieur par intermittence, en dehors des pics de pollens : pensez également à maintenir vos fenêtres fermées et à aérer votre intérieur uniquement lorsque les concentrations de pollens sont les moins fortes. La quantité de pollens qui pénètre dans vos pièces est moins importante si vous aérez brièvement et par intermittence que si vous entrebâillez votre fenêtre pendant une période prolongée.
  • Ne suspendez pas les vêtements que vous avez portés à l'extérieur dans votre chambre à coucher : : optez pour une pièce à l’écart de votre salon et de vos chambres pour accrocher les vêtements que vous portez à l’extérieur.
  • Portez des lunettes protectrices : porter des lunettes protectrices lorsque vous êtes à l’extérieur contribue grandement à ce que les pollens ne puissent pas se déposer sur vos yeux.
  • Changer régulièrement le filtre à pollens de votre voiture : s’il est probablement clair que vous devez rouler les vitres fermées, peut-être ne saviez-vous pas que vous pouviez et deviez également changer le filtre à pollens de votre véhicule ?
  • Ne pas faire sécher son linge en extérieur :: il est tentant de laisser son linge sécher au soleil lorsque celui-ci brille. Une tentation à éviter pourtant si vous souffrez du rhume des foins car les pollens aiment à se coller sur le linge humide.
  • Protéger votre habitation contre les pollens : installer des moustiquaires à mailles fines sur vos fenêtres peut également empêcher une grande partie des pollens de pénétrer chez vous lorsque vous aérez votre intérieur.
  • Privilégier les endroits à proximité de la mer ou la haute montagne : planifier tout simplement vos vacances au bord de la mer ou en haute montagne lorsque les concentrations de pollens sont les plus fortes. Ces derniers sont en effet presque totalement absents dans ces zones.

À quel moment le rhume des foins se manifeste-t-il pour la première fois ?

Si la tendance aux réactions allergiques peut être héréditaire, les facteurs environnementaux jouent également un rôle majeur en la matière.

Chez de nombreuses personnes, le rhume des foins fait irruption dès l’enfance mais pas avant l'âge de 3 ans en règle générale. Mais il arrive également que la rhinite allergique ne survienne qu’à l’âge adulte. Les personnes qui en souffrent ne sont généralement pas capables de relier leurs symptômes. L’un des signes distinctifs du rhume des foins (contrairement à un rhume dû à un refroidissement) est son apparition soudaine. Le rhume survient immédiatement après le contact avec l'allergène.

Le diagnostic peut être posé par un médecin, par ex. au moyen d’un prick test. Différentes substances allergènes sont alors appliquées sur le bras du patient afin d’observer une éventuelle réaction cutanée.

Les femmes sont quelque peu plus touchées par le rhume des foins que les hommes.

Comment fonctionnent les antihistaminiques ?

Comme leur nom l’indique, les antihistaminiques ou antagonistes des récepteurs de l’histamine ont pour tâche de bloquer l’absorption de l’histamine. Les cellules ne perçoivent plus l'histamine qui a été libérée au contact de l'allergène. Il n’y a plus aucuns symptômes allergiques ou ceux-ci sont atténués de manière significative.

Les antihistaminiques sont disponibles sous différentes formes. Ils peuvent par ex. être utilisés sous forme de gouttes pour les yeux, de spray nasal, de comprimés, de gouttes ou encore de sirop. Ils permettent de soulager rapidement les symptômes de l'allergie mais doivent également être mis en place à titre préventif. Les antihistaminiques présentent toutefois l’inconvénient majeur de pouvoir entraîner une fatigue chez certaines des personnes allergiques.

Antihistaminiques et autres médicaments en vente libre (comme par ex. Zeller rhume des foins ou Telfastin Allergo) sont disponibles dans nos pharmacies locales. Nos pharmaciens se feront un plaisir de vous informer sur les effets secondaires de ces médicaments et de vous prodiguer les conseils nécessaires à leur bon usage.

Le rhume des foins peut-il être soigné ?

Il n’est possible d’agir durablement contre le rhume des foins qu’en ayant recours à une hyposensibilisation (également appelée immunothérapie spécifique allergénique ou désensibilisation). Pendant une période prolongée, le corps est exposé aux substances responsables de l'allergie, lesquelles sont administrées, à des doses croissantes, sous forme d’injections ou de comprimés. Cela permet de diminuer les réactions allergiques, voire d’empêcher celles-ci de réapparaître à l’avenir. Ce traitement peut durer 2 à 5 ans.