Aller au contenu Aller au menu de navigation

Problèmes gastro-intestinaux : diarrhée, constipation, brûlures d’estomac et autres maux

Notre système digestif est un système sensible, réagissant rapidement à des facteurs extérieurs tels que le stress ou l’ingestion d’une nourriture inappropriée. Un mode de vie frénétique et soumis au stress augmente le risque de survenue de problèmes gastro-intestinaux. Il est toutefois possible de prévenir de tels troubles en adoptant une alimentation saine et variée et en prenant conscience de ce que vous mâchez. Le processus de digestion débute en effet dès la mastication, lorsque vous salivez. Les aliments sont ainsi bien décomposés et les nutriments, vitamines, minéraux et sels mieux absorbés par la muqueuse intestinale. Des troubles peuvent malgré tout survenir au niveau de notre appareil digestif, lequel peut alors peser, lancer ou être douloureux çà et là. Dans cet article, nous allons vous expliquer tout ce à quoi vous devez faire attention en pareil cas.

Les problèmes gastro-intestinaux : des troubles aux multiples facettes

Les troubles gastro-intestinaux peuvent se manifester de différentes manières. La notion de troubles gastro-intestinaux englobe les troubles suivants, lesquels peuvent survenir dans le cadre de maladies (grippe intestinale par ex.) ou en tant que réponse à un stress, à une mauvaise alimentation, etc. :

  • Diarrhée
  • Constipation
  • Lourdeurs d’estomac
  • Nausées
  • Übelkeit
  • Vomissements
  • Douleurs abdominales
  • Brûlures d’estomac

Lorsque des troubles apparaissent au niveau du tube digestif, le premier réflexe est de passer à la diète ou à une alimentation normale et légère afin de ne pas alourdir inutilement l’estomac et l’intestin. Si les symptômes ne régressent pas au bout de quelques jours, consultez alors un médecin afin d’écarter une éventuelle déshydratation ou des pathologies plus graves.

Diète : le bon réflexe pour toutes les maladies gastro-intestinales

Lorsque le tractus gastro-intestinal vous lance, la diète constitue toujours le premier moyen de lutte afin de reprendre le contrôle de la situation. Cela signifie : opter pour des aliments faciles à digérer. Le processus de digestion ne doit pas être sur-sollicité par des plats riches en graisses et difficiles à digérer. Il est même souvent recommandé de ne pas consommer de nourriture solide le premier jour mais uniquement des liquides. Vous pouvez ensuite réhabituer lentement votre estomac et votre intestin à la prise alimentaire en pratiquant une diète ou en adoptant une alimentation normale et légère. Soyez attentif(ve) à ce que vous ne supportez toujours pas et à ce que vous supportez à nouveau.



Contrairement à autrefois, la diète n’est plus exclusivement synonyme de gruau d’avoine. Il s’agit davantage ici d’une alimentation légère et équilibrée, dans laquelle l’on essaye d’éviter les aliments susceptibles de provoquer des irritations.


Les symptômes ont diminué et vous vous sentez à nouveau en forme ? Vous pouvez alors vous réhabituer doucement à une alimentation normale et équilibrée. Réintégrez petit à petit tous les aliments dans vos menus.

Quand parle-t-on de diarrhée ?

Aller à la selle entre 3 fois par jour et 2 fois par semaine est considéré comme normal et ne nécessite aucun traitement. Ce n’est par contre pas le cas de la diarrhée. La diarrhée est une évacuation fréquente de selles ayant une consistance liquide ou molle (à partir de 3 évacuations en 24 heures ; plus de 5 selles par jour chez l’enfant).

Deux types de diarrhées

L’on distingue deux types de diarrhées : les diarrhées aiguës et les diarrhées chroniques. La diarrhée aiguë est une diarrhée qui survient de manière soudaine. Elle dure env. trois jours en règle générale. Une hydratation suffisante, une diète et, en cas de doute, la mise en place d’un soutien médicamenteux vont permettre de vous soulager rapidement. Le stress ainsi que les infections du tractus gastro-intestinal par des virus ou des bactéries figurent parmi les causes typiques de la diarrhée. L'on peut également citer les médicaments (antibiotiques par ex.) ou encore l’alimentation.

On qualifie de diarrhée chronique une affection du tractus gastro-intestinal supérieure à deux semaines. Les éléments déclencheurs les plus courants sont un déficit enzymatique ou une intolérance alimentaire mais d'autres maladies peuvent également être à l'origine de diarrhées chroniques. C’est la raison pour laquelle un examen chez le médecin est nécessaire en pareil cas.

Si la diarrhée dure plus d'une semaine, il est alors impératif de consulter un médecin !

Diarrhée et destinations lointaines

La diarrhée que nous redoutons tant nous surprend fréquemment lorsque nous nous envolons pour des destinations lointaines. Cela peut être dû à l’agitation qu’impliquent de tels voyages mais, bien sûr, la nourriture exotique joue également un rôle dans la perturbation de notre digestion. Notre système digestif est également assiégé, en raison de conditions d'hygiène différentes, par des germes auxquels nous ne sommes pas habitués. Faites donc toujours très attention à ce que vous mangez lorsque vous voyagez. Consommer uniquement des aliments cuits ou grillés permet de limiter les risques. Il est recommandé d’éviter les aliments crus, les glaces ainsi que les produits laitiers. La règle des voyageurs expérimentés est ici de mise :

« Épluche-le, cuis-le ou ne le consomme pas ! »

 

Si vous partez pour une destination lointaine, emportez toujours des médicaments contre la diarrhée dans votre pharmacie de voyage. Nos pharmaciens à proximité de chez vous se feront un plaisir de vous conseiller à ce sujet.

Quelles solutions contre la diarrhée ?

  • En cas de diarrhée, la règle de base est de compenser les pertes en eau et en sels minéraux en s’hydratant suffisamment.
  • Un bouillon chaud est bienfaisant et permet de rétablir votre équilibre électrolytique.
  • Pour lutter contre la déshydratation du corps : 150 ml d'eau (ou de thé) + 4 g de dextrose + 1 pincée de sel.
  • Les thés appropriés en cas de diarrhée : thé à la camomille, thé au fenouil, thé à la menthe.
  • Laissez le thé noir infuser longuement afin qu’il puisse libérer les tannins qui retiennent les liquides dans l’intestin.
  • Râpez les pommes et laissez-les « brunir » pendant 15 minutes. La pectine qu’elles contiennent permet en effet d’épaissir l’excès d’eau dans l’intestin.
  • Les bananes ont un effet constipant, apportent au corps le potassium dont il a besoin et contiennent également de la pectine.
  • Les carottes contiennent elles aussi de la pectine et sont faciles à digérer. La « soupe aux carottes de Moro » est donc particulièrement appropriée ici : laissez mijoter 500 g de carottes pendant environ une heure. Réduisez-les ensuite en purée en y ajoutant 1 litre d’eau et une cuillère à café rase de sel.
  • Un « régime constipant » peut aider en cas de diarrhée aiguë : bananes, riz, biscottes, thé et bouillon.
  • Préparez une soupe de gruau d’avoine en faisant cuire des flocons d’avoine dans un bouillon de légumes ou seulement dans de l’eau salée.
  • La prise de comprimés de charbon peut vous permettre de maîtriser rapidement et naturellement la diarrhée.
  • Vous pouvez également recourir à un médicament inhibant la motilité de l'intestin, lequel est particulièrement recommandé lorsque vous partez en vacances ou en voyages d’affaires. Il est toutefois recommandé de faire preuve de prudence ici car la diarrhée permet au corps de se débarrasser rapidement d’une maladie infectieuse. Il existe par conséquent un risque que les agents pathogènes ne soient pas éliminés et que la maladie évolue dans le mauvais sens.

Quand parle-t-on de constipation (obstruction intestinale)?

D’un point de vue médical, l’on parle de constipation lorsque la personne concernée va moins de trois fois à la selle par semaine. Les selles sont peu abondantes lors de leur expulsion et sont généralement dures. La souffrance occasionnée par une constipation varie en fonction des personnes et des situations.

La probabilité de souffrir de constipation augmente avec l'âge.

Les remèdes « maison » pour lutter contre la constipation

  • Buvez beaucoup, surtout de l’eau et des tisanes ou des infusions aux fruits non sucrées.
  • Ayez une alimentation riche en fibres.
  • Mangez lentement et mastiquez longuement.
  • Faites une promenade digestive après le repas et veillez, de manière générale, à avoir une activité physique suffisante.
  • Consommez des agents augmentant le volume du bol fécal tels que : les graines de psyllium, le son de blé et les graines de lin.
  • Recourez à des laxatifs naturels, comme par exemple le babeurre ou le jus de pruneaux.
  • N’essayez jamais de retenir vos selles et allez régulièrement aux toilettes (y compris en vacances).
  • Buvez un verre d’eau (chaude) le matin, lorsque vous êtes à jeun afin de stimuler votre digestion.
  • Dans les cas les plus graves uniquement : les lavements ou les laxatifs permettent d’éliminer des obstructions importantes.

La constipation chez les bébés et les enfants

Il n’est pas rare qu’une constipation passagère survienne chez les bébés ou chez les enfants en bas âge lorsque ceux-ci passent à une alimentation complémentaire ou solide. Le système digestif doit tout d’abord s’habituer à cette nouvelle forme de nourriture. Il en va de même lorsque l’on essaye de supprimer les couches et de les habituer au pot. Les enfants peuvent alors être éventuellement sujets à ce que l'on appelle la « constipation de l’apprentissage ». Dans ce cas, il importe de déstresser l’enfant et de ne pas maintenir la pression à son égard.

En cas de constipation, vous pouvez aider votre enfant grâce aux astuces suivantes :

  • Donnez-lui de la compote de poires.
  • Faites-le boire abondamment.
  • Évitez les aliments constipants (comme la banane).
  • Des produits laitiers légèrement acidifiés, tels que le babeurre ou le yaourt, peuvent aider à éliminer l’obstruction.
  • Massez-lui le ventre dans le sens des aiguilles d'une montre.
  • Veiller à ce que votre enfant ait une activité physique suffisante.
  • Préparez-lui une bouillotte à poser sur le ventre. Si votre enfant a des douleurs ou en cas de doute, consultez un médecin.


Ne donnez aucun laxatif (même végétal) à votre enfant !

 

Nausées & vomissements

Les nausées et les vomissements peuvent se manifester conjointement ou séparément. Une pression au niveau de l’abdomen supérieur, un manque d’appétit ainsi qu’une production accrue de salive font généralement également leur apparition. Les nausées et les vomissements peuvent être dus à une maladie (norovirus, grippe intestinale) mais ils peuvent également avoir d’autres causes : stress, grossesse, mal des transports, migraine ou encore intolérances alimentaires. Si les vomissements persistent pendant plusieurs jours, s’ils sont très importants ou s'ils surviennent de manière inexpliquée, demandez alors conseil à votre médecin.

Que faire en cas de problèmes gastriques tels que lourdeurs d’estomac, nausées et vomissements ?

  • Une soupe à base de pommes de terre et de carottes et, éventuellement de poulet, permet de lutter contre un excès d'acide gastrique.
  • Du gingembre frais, sous forme de thé au gingembre par ex., peut aider à soulager les nausées.
  • Le thé à la camomille et le thé au fenouil apaisent l’estomac.
  • Si votre estomac ne garde rien, boire de petites gorgées d’eau glacée peut vous aider.
  • Le manque d’appétit est tout à fait normal et il est même souvent conseillé de ne rien manger le premier jour et d’entamer ensuite une diète.
  • Essayez de faire baisser votre stress et de vous reposer.

Si les symptômes s’aggravent, si vous ressentez des douleurs au niveau du nombril et de l’aine et que vous vomissez du sang, veuillez consulter un médecin.

Quelques astuces pour lutter contre les nausées pendant la grossesse

Les nausées matinales sont une forme particulière de nausées, survenant pendant la grossesse. Elles apparaissent principalement en tout début de grossesse et peuvent s’avérer extrêmement pénibles pour les femmes qui en souffrent. Chez de nombreuses femmes, ces nausées ne se manifestent en effet pas uniquement le matin (contrairement à ce que leur nom laisse entendre). Elles peuvent également durer toute la journée. La modification de l’équilibre hormonal est à l’origine de ces nausées, lesquelles sont en fait sans aucun danger à condition que la femme ne perde pas trop d’eau et de poids (hyperemesis gravidarum).

Quelques conseils pour vous aider à lutter contre les nausées matinales :

  • Maintenez votre taux de glycémie à un niveau constant et mangez une tranche de pain ou un aliment similaire immédiatement après vous être levée.
  • Faites plusieurs petits repas, régulièrement répartis sur la journée.
  • Sentir l’odeur d’un citron peut chasser les nausées. Mastiquer une tranche de citron peut également aider.
  • Mettez vos jambes en l’air et reposez-vous.
  • Respirez de l’air frais.
  • Buvez du thé au gingembre frais (mais pas trop tout de même).
  • Grignotez de temps en temps des amandes afin de neutraliser l’acidité.
  • Des aliments amers, comme par exemple le radicchio, la roquette ou les artichauts, peuvent aider à combattre les nausées.
  • Identifiez quels facteurs (des odeurs par ex.) déclenchent les nausées et essayez de les éviter.
  • Les bandes d'acupressure, placées autour du poignet, aident certaines femmes à lutter contre leurs nausées matinales.

Et souvenez-vous que : les nausées s’améliorent sensiblement, au plus tard, au bout de 16 semaines.

La colique du nourrisson : les problèmes de digestion chez les bébés

Nombreux sont les parents à savoir à quel point les problèmes de digestion chez les bébés peuvent être pénibles pour toute la famille. Le bébé crie car il souffre de ballonnements et il est très difficile de le calmer. Il bataille visiblement avec son ventre, ramène ses jambes sur son corps et sa tête devient toute rouge à force de pousser. Ces soi-disantes coliques peuvent survenir plus fréquemment au cours des trois premiers mois. Il faut alors : calmer l’enfant et aider le nouveau-né à mieux digérer.

Quelques astuces pour lutter contre la colique du nourrisson

  • Faites-lui faire l’avion : installez votre bébé à plat ventre, de façon à ce que son ventre repose sur votre bras.
  • Portez-le : portez votre enfant dans une écharpe porte-bébé ou un sac de portage. Cela permet de le calmer et peut en outre être bénéfique pour la digestion.
  • Massez-lui le ventre : un massage, avec une huile de massage pour le ventre, peut permettre de calmer l’enfant et d’apaiser son ventre.
  • Allaitez-le en position debout : être debout lorsque vous allaitez votre enfant peut être utile.
  • Donnez-lui le biberon dans le calme : allaitez votre bébé ou donnez-lui le biberon dans une atmosphère calme. Veillez à ce qu'il ne boive pas trop rapidement.
  • Évitez qu’il ingère de l’air : évitez que votre bébé avale de l’air lorsqu'il tête son biberon. Utilisez une tétine avec un petit trou afin de l’obliger à boire lentement.
  • Lui faire faire un rot après avoir bu : la question de savoir si le « petit rot » d’après repas est véritablement utile est sujette à controverse. Essayez malgré tout de maintenir votre bébé en position verticale après qu’il ait bu et, si nécessaire, aidez-le à faire son rot.
  • Offrez un environnement calme à votre bébé : il vous sera plus facile de calmer votre enfant, y compris en cas d’apparition de coliques, si l’environnement qui l’entoure est empreint de quiétude.
  • Gouttes : certaines gouttes (BiGaia par ex.) peuvent être ajoutées au biberon ou administrées au bébé afin d’aider à créer une flore intestinale saine.

Essayez d’organiser le quotidien de votre bébé de façon à ce qu’il bénéficie d’un environnement aussi calme et tranquille que possible. Cela vous permettra généralement d’atténuer sensiblement les coliques de votre nourrisson.

Les brûlures ou les aigreurs d’estomac, c’est quoi exactement ?

Vous ressentez une désagréable sensation d’acidité et de brûlure depuis votre sternum jusqu’à votre gorge? Il s’agit vraisemblablement de brûlures d’estomac. Cela se produit lorsque de l’acide gastrique remonte dans l’œsophage et peut être dû à des problèmes au niveau du sphincter gastro-œsophagien. Les brûlures d’estomac se manifestent le plus souvent après que vous ayez consommé des aliments ou des boissons spécifiques. Les facteurs déclencheurs les plus courants sont les suivants : aliments gras, agrumes, tomates, plats épicés, alcool et caféine. La remontée d’acide gastrique dans l’œsophage peut également être due à la grossesse ou à un surpoids.

25 % des Suisses souffrent régulièrement de brûlures d'estomac.

Quelles solutions contre les brûlures d’estomac ?

Il existe certains médicaments permettant de contrôler l’acide gastrique et d’empêcher les régurgitations acides. Mais adopter une alimentation correcte et un mode de vie adapté peut également vous permettre d’atténuer vos brûlures d’estomac.

Quelques remèdes maison contre les brûlures d’estomac :

  • Éviter le stress
  • Réduire l’excès de poids (apprenez-en davantage à ce sujet en lisant notre Conseil du pharmacien sur la perte de poids)
  • Adopter une alimentation normale et saine
  • Éviter les aliments gras
  • Manger de petites quantités
  • Renoncer au café, à l’alcool et à la nicotine
  • Mâcher du chewing-gum
  • Faire des promenades digestives
  • Après les repas, ne pas adopter de position susceptible d’écraser le tube digestif
  • Ne pas porter de vêtements qui compriment le ventre