Aller au contenu Aller au menu de navigation

Comment bien retirer une tique ?

Où se cachent les tiques et à quel moment prolifèrent-elles ?

Les tiques ont une prédilection pour les forêts et les prairies à hautes herbes pour se cacher. Elles y guettent leur futur « hôte » et s’y fixent lorsque celui-ci passe à proximité. Contrairement à une idée largement répandue, elles ne se laissent pas tomber des arbres. Il peut y avoir jusqu’à 20 tiques au mètre carré, ce qui signifie que plusieurs millions de tiques sont disséminées à travers tout le territoire suisse. Ces suceurs de sang se font par contre plutôt rares en ville et en haute montagne. Les tiques sont potentiellement actives à partir d'une température d'env. 7 °C et se mettent alors en quête de nourriture. Il convient d'être particulièrement prudent au printemps et à l’automne.

 

Tiques : tout ce que vous devriez savoir sur ces suceurs de sang


Comment puis-je me protéger contre les tiques ?

Ne laisser aucune chance à la tique de mordre est la meilleure méthode à adopter

La meilleure façon de lutter contre les tiques est de les trouver avant même qu'elles ne puissent piquer. Lorsque vous êtes en pleine nature (en particulier si les herbes sont hautes), il est donc conseillé de couvrir le plus possible votre corps avec des vêtements et de coincer par ex. votre pantalon dans vos chaussettes. Portez également des vêtements clairs car vous serez mieux à même de voir ces petits insectes rampants.

Quelques mesures suffisent à diminuer le risque d'être piqué(e) par une tique :

  • Évitez les endroits où les tiques prolifèrent (lisières de forêts, haies, etc.).
  • Portez des vêtements qui vous couvrent le corps.
  • Utilisez un répulsif anti-tiques.

Procédez à une inspection minutieuse

Après votre balade en plein air, inspectez minutieusement votre corps afin de vérifier qu'aucune tique ne s'y est fixée. En règle générale, les petites bêtes ne mordent pas immédiatement mais se baladent sur votre corps pendant une période pouvant aller jusqu'à 24 heures, afin de trouver le meilleur endroit pour piquer. Les zones de prédilection des tiques sont celles où la peau est fine et chaude.

Procéder à une inspection corporelle peut vous éviter d'être mordu(e).


Portez une attention particulière aux régions suivantes :

  • Aine
  • Cou
  • Aisselles
  • Plis des genoux
  • Naissance des cheveux / cuir chevelu
  • Partie arrière des oreilles

Se protéger grâce aux répulsifs anti-tiques

Si vous planifiez une balade en forêt ou dans les prés, il est alors judicieux de vous protéger en appliquant au préalable un produit anti-tiques (ce que l'on appelle un répulsif) sous forme de crème ou de spray. Il s'agit généralement d'une substance odorante qui rebute les insectes et les empêche ainsi de piquer.

Mais, attention, la plupart des répulsifs anti-tiques ne conviennent pas aux bébés et aux tout-petits. Veillez donc à respecter scrupuleusement les instructions figurant sur l'emballage et optez pour une protection adaptée aux enfants.

À quoi reconnaît-on une morsure de tique ?

Déceler la présence d'une tique lorsqu'elle vous pique
Malheureusement, l'on ne remarque généralement pas lorsqu'une tique vous mord ou vous pique. En tant que parasite, la tique a intérêt à demeurer inaperçue aussi longtemps que possible. Elle sécrète un fluide qui anesthésie la peau au niveau de la piqûre. Sa salive empêche également le sang de coaguler et lui permet de le sucer en toute tranquillité.

Reconnaître une tique à l'œil nu
Si l'on parvient à repérer la tique, celle-ci est en règle générale clairement identifiable, surtout si elle est déjà gorgée de sang et que son corps est gros et rond. Si tel n'est pas encore le cas, l'on discerne généralement un point noir sur la peau, au centre d'une petite auréole rouge. Dans un cas comme dans l'autre, la tique doit être retirée le plus rapidement possible.

Reconnaître une piqûre de tique après coup
Si une tique est parvenue à s'abreuver en toute tranquillité et qu'elle s'est détachée une fois rassasiée, il est alors difficile de distinguer sa piqûre de celle d'un moustique. L'on ne ressent généralement aucune démangeaison.

La bonne méthode pour retirer une tique

Une tique doit être retirée le plus rapidement possible car plus la période pendant laquelle elle aspire votre sang est longue, plus le risque d'infection est grand.

Si vous ne vous sentez pas capable d'enlever la tique, vous pouvez à tout moment consulter un médecin.

Il est en outre important de retirer la tique vivante et, si possible, entièrement. Il faut l'écraser le moins possible. Si vous paniquez, le risque d'infection augmente.

Faut-il tourner ou tirer la tique ?

Les avis sont encore partagés sur le fait de savoir s'il est plus simple de retirer une tique en effectuant un léger mouvement de rotation ou en la tirant tout droit. Actuellement, la tendance est plutôt à saisir la tique au plus près de la peau au moyen de l’un des outils suivants et à la retirer tout droit et avec précaution. Vous ne devez en aucun cas la retirer de façon brusque. Effectuer un doux mouvement de va-et-vient peut aider à détacher la tique.

  • La pince à tiques
    La pince à tiques est une sorte de pince à épiler, développée tout spécialement pour retirer ces parasites. Elle a été conçue pour permettre de tenir la tique sans exercer une pression trop forte. Appuyer sur le bouton-poussoir situé à l'extrémité de la pince permet ensuite de retirer la tique grâce à un léger mouvement de rotation.
  • La carte à tiques
    La carte à tiques ressemble à une carte de crédit et présente une ou plusieurs petite(s) encoche(s). Elle doit être glissée avec précaution sous le corps de la tique. Il faut ensuite retirer doucement celle-ci à l'aide de la carte. La carte à tiques fonctionne mieux si le parasite a déjà atteint une certaine taille. Il est difficile de positionner la carte sous une tique encore petite.
  • Retirer une tique à l'aide d'une pince à épiler
    Il existe en outre des pinces à épiler spécialement conçues pour les tiques. Ces dernières possèdent une pointe particulièrement fine, permettant de bien saisir l'animal. Une pince à épiler normale peut également faire l'affaire. Positionnez la pince avec douceur, aussi près que possible de la peau, et saisissez la tique avec précaution. Essayez maintenant de la tirer délicatement.
  • Retirer une tique sans l'aide d'instruments
    Vous n'avez aucun instrument sous la main pour retirer la tique ? Vous pouvez alors essayer de la saisir très prudemment avec vos ongles et de la tirer.

Désinfectez la piqûre une fois que vous l'avez enlevée.

Et que faire si une partie de la tique est restée en place ?

L'on dit souvent que la tête de la tique ne doit pas rester ancrée dans la peau. Les tiques n’ayant toutefois pas de tête, il s'agit tout au plus de son organe de préhension ou de sa trompe d'aspiration.

Si l'un ou l'autre se déchire et qu'une partie reste fixée, l'on peut alors voir un point noir au niveau de la piqûre. Il faut maintenant désinfecter la zone afin d'éviter toute infection supplémentaire. En règle générale, les parties de l'animal encore en place se détachent d'elles-mêmes au bout d'un certain temps, sans aucunes complications.

Gardez un œil sur la zone et consultez un médecin en cas de complications ou d'incertitudes.

Que faire de la tique une fois enlevée ?

La tique que l'on a retirée est souvent encore vivante et l'on se demande alors quoi en faire. Si vous ne l'éliminez pas, vous risquez d'être à nouveau mordu(e).

Pour la rendre inoffensive, vous pouvez l'écraser dans une feuille de papier (essuie-tout ou papier toilette par ex.) en appuyant fortement dessus avec un verre.
Plonger la tique dans de l'alcool permet également de la neutraliser immédiatement.

À l'inverse, il n'est pas recommandé de la jeter dans les toilettes car ces parasites sont capables de survivre longtemps dans l'eau.

Dans tous les cas, veillez à ne pas entrer en contact avec les sécrétions qui s'échappent de l'animal. Ou lavez-vous immédiatement et soigneusement afin de les éliminer.

Notez par ailleurs que les tiques supportent sans problème un cycle à 40 °C dans votre lave-linge.

Quelles sont les précautions à prendre après une morsure ?

Si vous avez été piqué(e) par une tique, notez la date et prenez éventuellement une photo de la piqûre ou marquez la zone. Celle-ci doit en effet encore être surveillée pendant un certain temps.

  • Elle ne soit pas s'enflammer.
  • Aucun érythème migrant ne doit apparaître. Il s’agit d’une rougeur circulaire qui ne cesse généralement de grossir et qui est l'un des signes de la maladie de Lyme.
  • Des symptômes non spécifiques, comparables à ceux de la grippe, avec la sensation d'être fortement malade, peuvent laisser suspecter une MEVE (méningo-encéphalite verno-estivale).

Veuillez consulter un médecin en pareil cas et, de manière générale, en cas de doute.

Quelles maladies peuvent être transmises par les tiques ?

La piqûre et la succion du sang par la tique ne sont pas en soi dangereuses pour l'être humain. Toutefois, les tiques sont malheureusement des vecteurs potentiels d'un certain nombre de pathologies à long terme. Être infecté(e) par la bactérie de la maladie de Lyme (ou borréliose) ou attraper une méningo-encéphalite verno-estivale (MEVE) à cause d'une piqûre de tique peut se révéler dangereux.

La maladie de Lyme

Un animal sur trois est porteur de l'agent pathogène de la maladie de Lyme, laquelle peut entraîner fatigue, douleurs articulaires et nausées. Toute la Suisse est considérée ici comme une zone à risque (carte : zones à risque de la maladie de Lyme). La maladie de Lyme se soigne généralement très bien à l'aide d'antibiotiques. Consultez donc rapidement un médecin.
Les symptômes de la maladie de Lyme : un érythème dit migrant, caractéristique de cette maladie, fait généralement son apparition après que la personne ait été piquée. Il s'agit d'une rougeur prononcée, de forme circulaire et située autour de la piqûre, qui, comme son nom l'indique, migre ou ne cesse de se développer. La maladie de Lyme peut présenter des stades différents et se manifester à travers des symptômes très divers. Des symptômes similaires à ceux de la grippe peuvent survenir au début de la maladie, laquelle peut ensuite affecter le système nerveux à un stade ultérieur.

La MEVE (méningo-encéphalite verno-estivale)

Dans le cas de la méningo-encéphalite verno-estivale, le risque d'infection est légèrement plus faible : ici, la Suisse entière est considérée comme une zone à risque (à l'exception du Tessin) mais seule une tique sur environ un millier est porteuse du virus. Mais dans les zones à haut risque, telles que Schaffhouse (tout le canton), la Sihltal et les territoires autour de Winterthour et de Rapperswil, c'est une tique sur cent qui est infectée (carte : zones à risque MEVE).
Chez environ 10 % des personnes infectées, le MEVE est à l'origine d'une méningite ou d'une dangereuse inflammation de la moelle épinière.
Les symptômes de la MEVE : il est souvent difficile de diagnostiquer immédiatement une MEVE en raison des symptômes non spécifiques qu'elle présente à ses différents stades. La première phase, qui survient 4 jours à 4 semaines après la piqûre, s'apparente tout d'abord très fortement à une grippe. Quelques jours plus tard, une deuxième phase peut se déclencher, souvent accompagnée d'une forte fièvre et d'une sensation marquée de maladie. Chez l'enfant, la maladie évolue généralement de manière beaucoup moins marquée que chez l'adulte.

Contactez l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) pour de plus amples informations sur la méningo-encéphalite verno-estivale,

Vaccination contre les tiques : de quoi protège-t-elle ?

Le vaccin contre les tiques permet de se protéger contre la MEVE. Il est donc surtout recommandé dans toutes les zones à risque MEVE, et ce, dès l'âge de 6 ans. Trois vaccinations sont nécessaires pour être protégé(e) efficacement. Le vaccin doit être renouvelé tous les 10 ans. Le vaccin contre les tiques ne protège pas contre la maladie de Lyme mais celle-ci se soigne très bien grâce aux antibiotiques.

Le vaccin contre les tiques vous protège uniquement contre la MEVE, pas contre la maladie de Lyme.


Découvrez d'autres sujets de santé qui pourraient vous intéresser :