Aller au contenu Aller au menu de navigation

Attention: tiques

Au printemps, on retrouve les plaisirs de la nature. Mais attention: les tiques aussi aiment les températures plus chaudes.
Le risque de maladie dépend de la durée pendant laquelle et de l’endroit où l’on profite du grand air.
 

Qui est piqué et où?

Dans ce domaine, toutes les personnes ne présentent pas les mêmes risques, dans la mesure où les tiques ciblent leurs victimes. Comment le font-elles, cela demeure un mystère.
Les tiques sont particulièrement actives en avril et en mai. Elles se dissimulent de préférence en forêt et dans les prairies de hautes herbes. Il peut y avoir jusqu’à 20 tiques par mètre carré, ce qui signifie qu’il y en a des millions en Suisse.
Le danger réside dans le risque que les tiques transmettent la borréliose de Lyme (borréliose) ou la méningo-encéphalite à tiques (FSME).

Méningite

Une tique sur trois est porteuse du virus de la borréliose de Lyme, qui provoque de la fatigue, des douleurs articulaires et des nausées. L’ensemble du territoire suisse est considéré comme zone à risque. (Carte: Zone à risque de borréliose de Lyme)
En ce qui concerne la méningo-encéphalite à tiques, le risque d’infection est un peu moins élevé: toute la Suisse est considérée comme zone à risque à l’exception du Tessin, mais seule une tique sur 1000 est porteuse du virus. Cependant: dans les zones à risque élevé que sont Schaffhouse (tout le canton), la vallée de la Sihl et les zones entourant Winterthour et Rapperswil, une tique sur 100 est infectée. (Carte: Zones à risque de FSME)
Dans environ 10% des cas de personnes infectées, la FSME provoque une dangereuse inflammation des méninges ou de la moelle épinière, conduisant à une invalidité ou une invalidité partielle chez 20 à 30% d’entre elles. Avec moins d’1%, le risque de mortalité est minime.

Recommandations vaccinales

Contrairement à la borréliose de Lyme, la méningo-encéphalite à tiques ne peut pas être traitée par des antibiotiques. Il est toutefois possible de se faire vacciner contre le virus de la FSME. Néanmoins, en Suisse, seule une petite partie de la population est vaccinée.

Comment se protéger contre les tiques?

Outre la vaccination, le meilleur moyen de se protéger contre ces arachnides sont des pantalons et des hauts de vêtement longs. En outre, il convient de frictionner le corps énergiquement avec une serviette de bain après la douche, de manière à ce que les bêtes ne restent pas sur la peau. Différents produits offrant une protection supplémentaire sont également disponibles.

Sources d’information

Des informations supplémentaires utiles peuvent être trouvées aux adresses suivantes:
http://www.bag.admin.ch/themen/medizin/00682/00684/01069/?lang=de(FSME)
http://www.bag.admin.ch/themen/medizin/00682/00684/01017/index.html?lang=de (Lyme)